RDVMIDI30 [Science / Islam] Entre Rationalité et Dogmatisme, avec Faouzia Farida Charfi

Dans le monde musulman, où la science a pourtant été au premier plan pendant des siècles, les opinions du XXIème siècle divergent quant à l'attitude à adopter vis-à-vis du dogme. Retour sur le Rendez-vous de Midi 30 du 22 mai 2015 à la médiathèque de l'Horloge.

Publié le ven, 19/06/2015 - 13:22

  • Share this page on Facebook
  • Share this page on Twitter
  • Envoyer à un ami

Le sujet

Pendant sept siècles, le monde arabo-musulman était au-devant de la scène scientifique et s’est distingué dans toutes les disciplines: mathématiques, astronomie, alchimie, médecine, géographie… Le développement de la science s’est poursuivi sans discontinuer en Europe, puis en Amérique du Nord, et plus tard en Asie mais il a échappé aux pays musulmans. La prise de conscience du retard scientifique a lieu au XIXème siècle: celui de la renaissance musulmane, la nahdha. Aujourd’hui, dans un monde où la science est partout présente, qu’en est-il du rapport des musulmans avec la science ? Deux attitudes s’affrontent, celle affirmant la prédominance du dogme sur la science et le refus de la raison critique, et celle, ouverte sur la modernité et résolue à contribuer à l’émergence d’une société du savoir, créatrice de science.

L’invitée

Faouzia Farida Charfi née Faouzia Rekik est une universitaire et physicienne tunisienne. Née en 1941 à Sfax en Tunisie, elle est l'un des visages de la Tunisie moderniste.

Après des études de sciences en France, un Doctorat 3ème cycle et un Doctorat d’Etat ès-sciences physiques en physique de la matière condensée à Tunis, elle se consacre, dans son pays, au métier de chercheuse et de professeur d’université.

De 1995 à 2001, elle est directrice de l’Institut Préparatoire aux Etudes Scientifiques et Techniques (IPEST) et responsable des enseignements agrégatifs de sciences physiques.

Depuis 2002 à 2009, retraitée de l’enseignement supérieur, elle poursuit son activité en participant aux enseignements des classes préparatoires au concours d’agrégation de physique à l’Ecole normale supérieure de Cachan en France jusqu’en 2009.

Faouzia Charfi est aussi une femme politique. Elle a participé aux côtés de son mari Mohammed Charfi, aujourd’hui décédé, au mouvement « Perspective » dans les années 1960/1970 lors de la Présidence de Habib Bourguiba.

À la suite de la révolution de 2011, Faouzia Charfi est nommée secrétaire d’État auprès du ministre de l’Enseignement supérieur dans le gouvernement d’union nationale de Mohamed Ghannouchi puis dans celui de Béji Caïd Essebsi. Elle ne reste pas longtemps au gouvernement et préfère démissionner pour reprendre sa "liberté de parole".

Elle publie en 2013 son essai « La science voilée » aux éditions Odile Jacob et participe à de nombreuses émissions et conférences pour plaidoyer pour la science et l’autonomie de la pensée.

 

Bibliographie de notre invitée

  • La science voilée / O. Jacob, 2013 (Sciences)

Emissions radiophoniques

Interventions vidéo

Bibliographie sélective

  • Share this page on Facebook
  • Share this page on Twitter
  • Envoyer à un ami

Ajouter un commentaire

CAPTCHA
Cette question permet de s'assurer que vous êtes un utilisateur humain et non un logiciel automatisé de pollupostage (spam).
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.