Quelques polars à lire pour des vacances en Italie

Vous partez en vacances en Italie ? Pour vous accompagner durant votre séjour, nous vous proposons une sélection de polars à glisser dans votre valise.

Publié le jeu, 19/07/2018 - 14:47

  • Share this page on Facebook
  • Share this page on Twitter
  • Envoyer à un ami

Padoue, Rome, Naples, le roman noir italien est avant tout régional, ce qui ne l’empêche pas de s’exporter dans le monde entier. Petit tour d’horizon non exhaustif du polar à l’italienne.

Andrea Camilleri. On ne présente plus la série des Montalbano, notamment le dernier paru en 2018 aux éditions Fleuve noir, et intitulé « Nid de vipères ». Cosimo Barletta, un comptable, est retrouvé assassiné chez lui, laissant derrière lui un fils et une fille pas vraiment éplorés. Le fameux commissaire Salvo Montalbano est chargé de l’enquête. Il va progressivement découvrir la face cachée de Cosimo Barletta : agresseur sexuel, maître chanteur, usurier sans pitié… . Nombreux sont ceux à se réjouir de sa mort. 

Un nouvel auteur, Mimmo Gangemi que l’on découvre avec « La revanche du petit juge », aux éditions du Seuil. Nous partons cette fois en Calabre, Georgio Maremmi, substitut du procureur, s’ennuie et n’attend qu’une occasion pour retourner dans le nord de la péninsule, dont il est originaire. Mais il ne prend pas au sérieux les menaces de la ‘Ndrangheta, et se fait assassiner. Alberto Lenzi « le petit juge », est chargé de l’enquête. (Dans vos médiathèques)

Restons en Calabre avec « La soie et le fusil », de Gioacchino Criaco aux éditions Métaillié. L’histoire d’amour de Julien et Agnese, sur fond de guerres familiales. (Dans vos médiathèques)

Avec « Un homme seul » (Editions Denoël), Antonio Manzini nous entraine dans le Val d’Aoste. Rocco déteste ces montagnes. Même le printemps qui arrive ne peut le sortir de l’horreur dans laquelle il est plongé : une amie a été tuée à sa place dans son appartement. 

Toujours dans le Val d’Aoste : « Maudit printemps » d’Antonio Manzini (Editions Denoël). Chiara, jeune lycéenne, fille d’une riche famille d’industriels, ne répond plus au téléphone, et ne va plus au lycée. C’est sa meilleure amie qui alerte Rocco Schiavone, alors que les parents de l’adolescente n’ont rien signalé. 

Partons maintenant à Milan avec « Le charme des sirènes », de Gianni Biondillo (Editions Metaillie). L’inspecteur Ferraro y mène une petite vie relativement tranquille, jusqu’à ce qu’une top model soit assassinée pendant un grand défilé de mode. (Dans vos médiathèques)

Dans « La collectionneuse de boules à neige » de Maurizio de Giovanni (Editions Fleuve noir), nous faisons connaissance de Giuseppe Lojacono. Mis au placard pour accointances présumées (et fausses) avec la mafia. Il est recasé dans une équipe de bras cassés, avec laquelle il va devoir enquêter sur le meurtre de Cécilia de Santis, richissime femme de notaire, assassinée à coups de boule à neige, dont elle fait la collection. (Dans vos médiathèques)

Enfin dans « Les ombres de Montelupo » de Valério Varési (Editions Agullo) nous plonge dans les bois de Montelupo, où le commissaire Soneri a pris quelques jours de congés pour retourner dans son village natal. Mais dès son arrivée on lui fait comprendre que quelque chose ne va pas dans la famille Rodolfi. (Dans vos médiathèques)

Bon été, et bonnes lectures ! 

Auteur du contenu: 
Mia
  • Share this page on Facebook
  • Share this page on Twitter
  • Envoyer à un ami